C'est le jour du départ. Nous déjeunons à 7h30, afin de préparer nos bagages. Quelle galère ! Il nous faut prendre 4 valises (+ 2 bagages à main) pour y mettre le rhum, les vêtements et babiolles que nous ramenons. Il nous faut libérer la chambre avant d'aller boire notre café chez Jean-Paul. Mais il n'est pas là, le cuistot a ouvert, et il nous dit qu'il a dû descendre son gosse malade en urgence à Pointe-à-Pitre. MC prendra de ses nouvelles à notre retour. Nous traînons un peu à Grand-Bourg, nous moquant de tous ces touristes blancs comme des merdes de laitier. Nous retournons chez Aubert manger un dernier poulet boucané, et le remercions pour tout ce qu'il a fait pour nous. Puis vient l'heure du départ. Nous attendons Karl, qui est comme d'habitude un peu en retard. Nous chargeons nos bagages dans le 4x4 de Patricia, pour aller à l'aérodrome. Karl vient d'atterir, comme ça le moteur sera chaud ! Nous chargeons les valises dans le petit coffre de l'avion (sauf 2 qui resteront sur un des sièges passager), et nous nous séparons de Patricia, qui nous a très bien reçus à la Cocobeach. Nous décollons vers 14h45 de Marie-Galante avec une petite larme, et plein de souvenirs et surtout de projets futurs ! Le ciel est magnifiquement bleu, et la vue se perd au loin. Le vol se passe sans encombres, et Karl nous fait atterrir sur la piste des gros avions de l'aéroport de Pointe-à-Pitre. Le temps de récupérer nos bagages au Raizet pour nous rendre à Pôle Caraïbes, et nous enregistrons nos bagages. Le retour vers chez nous rend MC nerveuse, alors qu'il n'y a pas de quoi. Nous nous envolons pile à 17h15, sur un avion flambant neuf, un Airbus A330 d'Air Caraïbes. Le retour sera un peu agité avec quelques turbulences, et l'arrivée à Orly se fera quasiment dans la minute à 6h00 du lendemain matin.